Galerie d'Art Yvette - Site du moulindevert

Aller au contenu

Menu principal :

Galerie d'Art Yvette

Le fusing est une technique utilisée depuis plus de 3000 ans, notamment en Mésopotamie,
pour fabriquer divers objets tels que vitraux, tableaux, bijoux, etc.

Le terme fusing désigne une technique de fusion du verre dans un four spécial
à une température d’environ 800 à 850 °C. jusqu’à obtenir un ensemble homogène.
Il peut s’agir de divers morceaux ou plaques de verre, placés en couches.
Important, les verres utilisés doivent avoir le même coefficient de dilatation.
On peut également inclure des attaches, des éclats ou des poudres de verre.


*****


Sarah Notemann, critique d’art, à fait une analyse des vitraux d’Yvette Tardivel.


Sérénité de la matière-lumière D’Yvette Tardivel.
Le temps s’est s’arrêté… Il s’est figé, comme suspendu dans l’éternité d’un moment. L’âme pose alors son regard virginal sur le monde et trouve refuge dans un quotidien sans prétention, dans la nature ineffablement belle et sereine, dans une poésie sublimant l’ordinaire. « Je suis revenu chercher un asile dans l’impeccable naïveté » écrivait Charles Baudelaire. Les trépidations et turpitudes de la vie actuelle semblent bien loin. Désarmés par la bonhomie des personnages, attendris par la candeur des animaux, charmés par les paysages bucoliques, nous respirons ce parfum d’innocence dégagé par la simplicité ingénue de l’existence.
La réalisation des vitraux d’Yvette Tardivel fait appel à la technique ancestrale de la fusion du verre ou « fusing » associée à un procédé très personnel. Ainsi, des médiums à peindre sont combinés aux plaques et morceaux de verre, des couleurs acryliques sont mélangées à la poudre de verre à l’aide de petites spatules ou d’épingles avant que l’ensemble ne soit révélé par l’alchimie de la cuisson à haute température. La magie insolite de ce matériau s’ouvre alors à nous, et avec lui l’étonnant contraste de textures émanant de cette surface moirée qui semble lisse mais s’avère pourtant grainée parfois même rugueuse au toucher. Un monde de relief que la lumière transcende par ses éclats chatoyants, ses reflets lustrés toujours changeants et renouvelés.
Le modelé chaperonne les motifs réalisés avec la poudre de verre dont le dessin soigné relate d’innombrables détails, l’exécution minutieuse de chaque fleur, chaque pierre, chaque ornement et chaque être vivant. La répétition des motifs parfois même dans une recherche de symétrie, notamment en ce qui concerne la végétation, insuffle aux compositions rythme et harmonie visuelle. La perspective et la profondeur tantôt respectées, tantôt déjouées, défient de manière candide la logique, faisant écho aux dessins d’enfants. L’artiste va au-delà de la simple imitation de la nature en faisant preuve de stylisation et de synthétisme, reflétant ainsi sa vision singulière du monde. La palette de couleur se révèle à la fois tendre et gaie comme ces dégradés de verts, ces bleus céruléums ou cobalts côtoyant la nacre des blancs, la douceur des gris et la chaleur des bruns. Les nuances, ne s’atténuant pas avec la distance, participent à confondre la perspective atmosphérique réitérant le côté ingénu des œuvres.
« Il n’y a rien qui me rende aussi heureux que de regarder et peindre la nature. Pouvez-vous imaginer que, quand je vais à la campagne et vois partout du soleil, de la verdure et des fleurs, je dis : tout cela m’appartient, vraiment» écrivait le Douanier Rousseau. Il en est de même pour Yvette Tardivel dont les œuvres évoquent des paysages champêtres à la végétation abondante et fleurie, des fermes et maisons campagnardes où l’on assiste de manière intimiste à la vie paisible des habitants et de leurs animaux domestiques, plus particulièrement les chevaux. Des scènes exonérées de toute arrogance et de toute vanité qui nous délestent des angoisses existentielles. Un art naïf avec cependant quelques ancrages plus surréalistes, visibles dans certaines œuvres, comme celles présentant le globe terrestre ouvert en son centre où un village pittoresque est niché à l’intérieur.
Autodidacte, Yvette Tardivel œuvre avec le magnétisme de cette matière-lumière qu’est le verre, faisant fi des règles académiques et utilisant sa propre technique. La réalisation de ses vitraux est un moyen lui permettant de se ressourcer face à son activité auprès de personnes en souffrance. L’art d’Yvette Tardivel est définitivement empreint de son caractère généreux et bienveillant, nous inculquant sans le vouloir une belle leçon de sincérité. Son univers, évoquant la féerie de la nature et la beauté de la vie, soigne les esprits, panse les âmes et guérit les craintes. Selon André Malraux, les naïfs seraient « les artistes de la grande espérance, les jardiniers miraculeux qui, pour le spectateur, font pousser des fleurs sur le béton », ce sont ceux qui « osent croire que le temps n’est rien, que la mort même est une illusion et qu’au-delà de la misère, de la souffrance et de la peur », il existerait « pour qui sait voir, respirer et entendre, un paradis quotidien, un âge d’or avec ses fruits, (…)un éternel éden, où les sources de jouvence l’attendent pour effacer ses rides, ses fatigues ». C’est ainsi, qu’avec Yvette Tardivel chaque bouton de fleur semble nous dire que la vie est un bonheur à savourer tous les jours.

Sarah Noteman, critique d’art, Mars 2017.

Audio-guide et œuvre qui parle
Liens vers le son

*****

Francis Parent, critique d’art, a attribué des codes de classification pour
les vitraux d’Yvette Tardivel.

http://www.visual-arts-explorer.com/fr/4727/TARDIVEL_Yvette

Classification : A410-B230-C130-D115
Le texte explicatif associé à chacun des quatre critères analysés (A - formalisme, B - matérialité, C - investissement, D - communication) positionne l'oeuvre de l'artiste dans l'histoire de l'art en rappelant éventuellement les courants artistiques auxquels elle se rattache, ou les noms des artistes illustres s'étant exprimés dans une approche voisine.

A : FORMALISME
Le premier critère porte sur le formalisme de l'oeuvre : que voit-on quand on regarde une oeuvre, quel type de formalisation se donne à voir de prime abord ? Est-ce plutôt abstrait, plutôt figuratif, plutôt..., etc (classé du plus "abstrait" au plus "réaliste").?
A410 : Arts Singuliers, Naïfs, Populaires, Enfantins
expression de cultures identitaires: d'une région (Arts traditionnels), d'un temps (par exemple le naïf enfantin ; Chaïbia, ...), d'un genre ... Y compris dans "l'art savant" : cf. l'art pseudo-enfantin de Fernando Botero, Niki de Saint Phalle, ...

B : MATERIALITE
Le second critère porte sur la matérialité de ce qui est donné à voir. S'agit-il de pur concept, de jeu de matières, d'objet détourné etc. (classé du plus "immatériel" au plus "réel") ?
B230 : en matérialité structurée, combinaisons structurées
combine indifféremment lignes, couleurs, matières ou volumes de façon plutôt structurée (Michail Heizer, Anish Kapoor, Miguel Barceló, ...).

C : INVESTISSEMENT CORPS / ESPRIT
Le troisième critère porte sur « l'investissement » de l'artiste dans son oeuvre. Avec quel ratio Corps / Esprit, l'artiste s'investit-il dans son oeuvre ? Classé du plus "intellectuel" (p.ex. "l'Art Conceptuel", ...) au plus "physique" (p.ex. le "Body Art", ...).
C130 : plus vers l'intellectualité / l'essence, travail intérieur axé plus vers l'introspectif
paysages intérieurs, émotions, sensations (Arpad Szenes, ...), sérénité ("Monochromes" de Yves Klein, ...), équilibre ("mandalas" de Augustin Lesage ou Adolf Wölfli, ...), mémoire ("les boîtes" de Boltanski, ...). Pour la recherche d'un équilibre "ressenti".

D : COMMUNICATION
Le quatrième critère porte sur l'aspect « communication » : L'artiste a t-il une volonté délibérée de communiquer à travers ses oeuvres un message quelconque ? (classé du plus "spiritualiste" au plus "sociétal").
D115 : via le signifié en narrations ou symboliques diverses qu'elles soient
allégoriques, métaphoriques (les matériaux de J. Beuys, ...), analytiques (les "suites de Fibonacci" de Mario Merz, ou celles de Robert Filliou, ...), critiques (de Henri Cueco à Hans Haacke ou Guillaume Bijl, ...).

Audio-guide et œuvre qui parle

Liens vers le son


Créé en Fév.2009 par Jean Tardivel                                         Dernière mise à jour le 10.12.2017                           ydivel@moulindevert.ch
Retourner au contenu | Retourner au menu